Zantilla

En 2013 ou 2014, j'étais dans un période où j'ai eu envie de faire de nouvelles découvertes et de sortir des sentiers battus. Je ne voulais plus écouter seulement du metal ou de l'electo, j'avais envie d'un mélange de saveurs.

Alors j'ai commencé à fouiller sur bandcamp en me promenant de tag en tag, et puis je suis tombé sur la pochette de Encounters qui m'a tout de suite parlé.

Après la première écoute, j'appréciais un morceau sur deux. Rythmiquememnt je suis épaté et mélodiquement je sens que je n'arrive pas à compter combien de synthé il y a. J'étais comme un enfant qui découvre un nouveau goût, c'était bon et curieux à la fois alors j'ai réécouté.

Encounters

J'écoute la musique par album comme je lirais un livre où les chapitres sont les morceaux. J'aime penser que leur ordre a été choisi pour former un univers cohérent. Là on est sur quelque chose qui me plait beaucoup notamment parce que la pochette de l'album traduit très bien ce qu'on entend à travers les morceaux. Je veux dire : je m'y attendais. Et comme cet ensemble abouti a parfaitement répondu à mes attentes, je suis comblé.

Encounters, c'est un voyage dans l'espace.

À cet album, il manque le morceau Call Of The Manticore qui a pourtant été composé à la même période. Je l'ai découvert beaucoup plus tard et je trouve qu'il colle très bien à l'univers de Encounters.

Quand je pense à ce groupe, c'est cet album qui me vient.

Star Bride & Stank Face(s)

J'ai toujours tendance à oublier le coté funk de Zantilla (surement parce que je suis tombé amoureux de Encounters). Comme il le dit lui-même :

Zantilla is a progressive music outlet by Adrian Shegstad that blends chiptune elements with jazz, funk, and metal

Et bien ce mélange chiptune/jazz/funk donne quelque chose de très acidulé et sautillant, qu'on retrouve dans les albums Star Bride et les 3 volumes de Stank Face.

Failures

Failures est un album fourre-tout avec plein de ratés, j'avais pouetté à ce sujet pour en faire ressortir les morceaux les plus chouettes.

J'écoute ces travaux inaboutis avec autant d'intérêt que lorsque je regarde des ébauches de dessin. C'est voir un état intermédiaire de la création, un instant entre le rien et la pièce finie à travers lequel je me dis « ah ok l'artiste est passé par là pour y arriver ».

Of Majesty This Genesis

Dans l'ensemble, je dirait que Of Majesty This Genesis oscille entre la musique de jeu vidéo et de cinéma, avec quelques glitches parfois. Contrairement à Encounters, je n'arrive pas à entrer dans l'univers décrit par la pochette ou la description, j'imagine aussi un voyage mais différemment. Globalement je suis séduit par les basses bien grasses et les synthés (quelle surprise).

The Cube me fait beaucoup penser à du Tigran Hamasyan rythmiquement parlant. La fin de Vespers me fait penser à la BO de Interstellar ; très curieux morceau, je crois que c'est mon préféré. Déchainement de coups de caisse claire pour le démarrage de Awaken To The Bells Of The Shrine, et puis cet instrument qui pleure derrière les glitches... ça me donne envie d'entendre la voix de Laure Le Prunenec. Avouez, on est pas loin de l'univers de Igorrr là ! Vienent ensuite les morceaux les plus riches en mélodies.

Malgré son énergie presque djentesque au début, je trouve cet album assez calme dans l'ensemble et son écoute me donne un air de satisfaction.

Conclusion

Je suis le compte de Adrian Shegstad sur Twitter, on le voit parfois enchainer quelques accord ou faire des solos. Il n'est pas seulement de bon goût, il est aussi très drôle [1].

Bref, je vous laisse avec une légende qui raconte que je me suis filmé en train de jouer 6th Kind de Encounters à la batterie et d'avoir posté ça sur les intertu... le monotube centralisé, personnellement je n'y crois pas. Parce que si j'y croyais, j'aurais envie de me refilmer avec plus de lumière et plusieurs angles de vue pour éviter un plan séquence nul.


[1]Note pour plus tard, ne jamais dire qu'une blague est drôle sinon ça annule la blague.

Friends

Social